Réseau Entreprendre Atlantique
Maison de la Création, 8 rue Bisson, 44 1000 NANTES /
France
Tél.02 72 56 80 40
Réseau Entreprendre Atlantique
47.2059796, -1.5757399000000305
Retour aux actualités >>

09/01/2014

LE PORTRAIT DU MOIS

Olivier-jaudet Olivier JAUDET

Quel est ton parcours professionnel ?

« Je suis titulaire d'une maitrise Sciences Economiques obtenue à Brest et d'un DESS entrepreneuriat et développement de projet de l'IGR de Rennes. J'ai réalisé un stage de gestion de projet de 4 mois au Québec entre ces deux diplômes ». Olivier arrive sur le monde du travail en 2001 avec déjà de solides connaissances du milieu entrepreneuriat.

« J'ai commencé chez Bretagne Innovation. C'est une structure qui aide les entreprises à innover sur des secteurs de pointe. J'ai participé à la structuration en Bretagne d'un réseau de Business Angel « Arcange ».

Après cette première expérience formatrice, il rejoint « Cornouaille Initiative ». Sa mission : lancer la plateforme locale à Quimper puis animer la coordination régionale des plateformes. Cette dernière deviendra rapidement la 2e plateforme d'initiatives en Bretagne. Il y restera 5 ans.

 

C'est en Mars 2005 qu'il pose ses bagages, à Nantes chez Réseau Entreprendre Atlantique en tant que salarié, aux côtés du directeur Bruno Tesson, directeur de la Fédération aujourd'hui.

Le changement de poste a été marquant pour moi. Car l'envergure des projets évolue notamment pour les reprises. J'étais jeune et je me retrouvais face à des personnes de 40 ans en moyenne, futurs gérants de PME dans l'industrie, le tertiaire,…avec de forts caractères de manager.

Mes principales missions sont l'accueil, l'étude, l'évaluation et l'instruction des dossiers de porteur de projet et l'animation du groupe des chargés d'étude* (formation, etc). Pendant 6 ans, j'étais sur tous les fronts et sur toutes les régions : Loire-Atlantique, Vendée et Maine & Loire. On faisait déjà une vingtaine de lauréats par an, créateurs, repreneurs dès 2006 et on essaimait Réseau Entreprendre.

En 2010, nous nous sommes ouverts aux projets innovants avec le programme Innotech. Les parties « administration et suivi des lauréats » ont été en grande partie reprises en 2011 par Evelyne. Depuis, nous sommes 4 salariés et accueillons près de 120 porteurs de projet pour 600 contacts, qui aboutissent à une trentaine de lauréats en fin d'année. 

 

Qu'aimes-tu le plus dans ton travail ?

Ce sont les rencontres. Elles sont nombreuses et toutes différentes. J'accueille des personnes qui débordent d'enthousiasme et d'optimisme. Elles viennent en général avec le projet de leur vie. Ce sont des gens passionnés et déterminés. C'est très grisant de partager leur projet, leur dynamisme.

C'est un réel plaisir de pouvoir les écouter, les aider et les accompagner dans leur évolution pour qu'ils puissent améliorer et enrichir leur projet. Cela donne du sens, une autre dimension à mon travail.

 

Te souviens-tu de ton premier lauréat, en tant que chargé d'étude* ?

Oui très bien. C'était Laure BRUNSCHVIGC, entreprise ADHAP Services. J'ai été particulièrement marqué par son tempérament d'entrepreneure, à vouloir bâtir, construire, avancer coûte que coûte. L'instruction en Comité d'engagement a été particulièrement forte.

D'une manière générale, l'instruction des dossiers reste toujours un moment intense en comité. Car on vit le dossier, on ne fait pas que le présenter. C'est comme si on était assis à côté du porteur de projet. On y croit et on veut le défendre. On est très impliqué.

 

Un mot, une remarque pour conclure ?

Je dirais que notre mission va au-delà du simple travail à accomplir. Les salariés sont aussi impliqués, engagés que les membres et partagent les mêmes valeurs d'entraide, de solidarité. Nos motivations font échos à celles de nos membres. Nous allons tous dans le même sens, bénévole et salarié.

 

*Les chargés d'étude de projet sont des membres de l'association qui accompagnent les porteurs de projet éligibles au prêt d'honneur, dans la préparation de leur projet en amont jusqu'à l'instruction en Comité d'Engagement. Ils sont une douzaine aujourd'hui.